Sacha Krakowiak - Architecture des systèmes : avancées et défis

14:00
Jeudi
2
Déc
2010
Lieu : 
Organisé par : 

L’équipe "Keynote Speeches" du LIG

Intervenant : 

Sacha Krakowiak

Mots clés : 

Information détaillée : 

- Les transparents de cette keynote : keynote-LIG-Sacha-Krakowiak.pdf

- Lieu : salle F022 UFRIMAG

 

- Sacha Krakowiak a été professeur à l’université de Grenoble de 1973 à 2007. Auparavant, il a travaillé à l’INRIA, où il a contribué à la réalisation d’un des premiers systèmes d’exploitation français en temps partagé. Ses travaux ont porté sur les systèmes d’exploitation, les environnements de développement de logiciel, et les systèmes répartis.

Voir :

- La vidéo de cette keynote sur le serveur de Podcasts de l’Universite de Grenoble

 
Résumé : 

La construction des systèmes informatiques s’appuie sur un certain nombre de paradigmes méthodologiques et architecturaux, qui ont été développés et raffinés au cours du temps. Nous examinons trois de ces paradigmes : virtualisation, composition et liaison, adaptation et réflexion. Pour chacun d’eux, nous mettons en évidence les étapes de leur évolution, les avancées qu’ils ont permises et les défis que doivent affronter les architectes de systèmes.

La virtualisation est une application du principe d’abstraction, qui permet 1) de masquer aux utilisateurs d’une infrastructure informatique la complexité des matériels et de logiciels sous-jacents, en leur présentant une interface adaptée à leurs besoins ; 2) de multiplexer des ressources, réelles ou virtuelles, entre des utilisateurs indépendants. Les progrès récents ont largement étendu le champ de la virtualisation.

La construction d’un système complexe à partir de composants élémentaires est un objectif ancien, dont la réalisation s’est révélée beaucoup plus complexe que prévu. Les avancées récentes permettent néanmoins d’entrevoir la possibilité de construire des assemblages de manière rigoureuse, avec des garanties de fonctionnement correct.

Les systèmes informatiques fonctionnent dans un environnement changeant et généralement imprévisible. Ils doivent donc s’adapter à ces variations pour maintenir leur intégrité et leur qualité de service. La complexité des systèmes actuels leur impose une capacité de comportement autonome, avec peu ou pas d’intervention humaine. La réflexivité est une des techniques utiles pour atteindre ce but. Domaine jeune et pluridisciplinaire, la construction de systèmes autonomes a obtenu des résultats significatifs mais est encore confrontée à de nombreux défis conceptuels et pratiques.