Pluridisciplinaire - Constructions et Représentations du Bien-Etre

Mardi
3
Déc
2013
Organisé par : 

Les laboratoires grenoblois CREG, PACTE et LIG

Équipes : 
Information détaillée : 

- Dans le cadre du PEPS "HyperAtlas-Welfare", les laboratoires grenoblois CREG, PACTE et LIG organisent un séminaire pluridisciplinaire sur le thème : Constructions et Représentations du Bien-Etre

- Les 3 et 4 décembre 2013 – Grenoble – MSH Alpes – Campus Universitaire

- Ce séminaire est financé par l’appel conjoint à projet interdisciplinaire « PRES de Grenoble – CNRS 2013 »

- La participation est gratuite mais en raison du nombre limité de places, nous vous demandons de bien vouloir vous inscrire sur le site dédié à l’événement : http://crbe2013.sciencesconf.org/

- PROGRAMME

Mardi 3 décembre 2013

Modalités de calcul et de représentation des indicateurs de bien-être

  • Ouverture du Séminaire
    • 8h30 - 9h30 : Accueil des participants & Café
    • 9h30 - 10h00 : Allocutions d’ouverture
    • 10h00 - 10h30 : Introduction de la journée Pierre Le Quéau (MCF HDR, Sociologue, PACTE, Univ. Grenoble) & Fiona Ottaviani (Doctorante, Economiste, CREG, Univ. Grenoble)
  • Session 1 - La construction de la donnée quantitative - Modérateur : Anne Le Roy (MCF, Economiste, CREG, Univ. Grenoble)
    • 10h30 - 11h15 : Romina Boarini (Dr, Economiste, OCDE)
    • 11h15 - 11h30 : Pause
    • 11h30 - 12h15 : Maxime Parodi (Sociologue, OFCE et Sciences Po)
  • Déjeuner libre (12h30 - 14h00)
  • Session 2 – Territoire : Echelles, Représentations Cartographies - Modérateur : Jérôme Gensel (Pr, Informaticien/Géomaticien, Equipe STEAMER, LIG, Univ. Grenoble)
    • 14h00 - 14h 45 : Lise Bourdeau-Lepage (Pr, Géographe, CRGA, Lyon II)
    • 14h45 - 15h30 : Anthony Hombiat (Doctorant, informaticien, Equipe STEAMER, LIG, Univ. Grenoble) & Mahfoud Boudis (Informaticien/Géomaticien, CREG-LIG, Univ. Grenoble)
    • 15h30 - 16h00 : Pause
    • 16h00 - 16h45 : Grégoire Feyt (MCF, Géographe, PACTE, Univ. Grenoble)
    • 16h45 - 17h30 : Bertrand Kauffmann (Chef du service Etude INSEE Lorraine)
  • Conclusion de la Journée

Mercredi 4 décembre 2013

Construction participative des indicateurs de bien-être

  • Introduction de la journée
    • 9h00 - 9h30 : Michel Renault (MCF HDR, Economiste, CREM UMR CNRS, Université de Rennes 1)
  • Session 3 - Quel statut méthodologique donner aux démarches participatives ? - Modérateur : Liliane Perrin-Bensahel (IR – HDR, économiste, IUG, PACTE, Univ. De Grenoble)
    • 9h30 - 10h15 : Marcus Zepf (Pr, Urbaniste, IUG, PACTE, Univ. Grenoble)
    • 10h15 - 11h00 : Michel Renault (MCF HDR, Economiste, Université de Rennes 1)
    • 11h00 -11h30 : Pause
    • 11h30 - 12h15 : Markku Lehtonen (Politologue/Economiste de l’environnement, Univ. of Sussex et IFRIS, Univ. Marne La Vallée)
  • Déjeuner libre (12h15 - 14h00)
  • Session 4 - La construction du chiffre comme pratique démocratique - Modérateur : Valérie Fargeon (MCF, Economiste, Univ. Grenoble)
    • 14h00 - 14h45 : Hélène Combes (Titulaire de la Chaire partenariale « Développement humain durable & territoires », déléguée Générale de l’Observatoire de la Décision Publique)
    • 14h45 - 15h30 : Christine Ruyters (Chargée de recherche à l’Institut Wallon de l’Evaluation, de la Prospective et de la Statistique) & Michel Laffut (Dr en histoire, directeur scientifique honoraire de Institut Wallon de l’Evaluation, de la Prospective et de la Statistique)
    • 15h30 -16h15 : Géraldine Thiry (Dr, Economiste, IGEAT, Université Libre de Bruxelles)
    • 16h15 -16h30 : Pause
  • Session 5 - Usage de la donnée, éthique et politique
    • 16h30 - 17h30 : Table ronde - Animatrice : Claudine Offredi (IE-HDR, socio-économiste, CREG, Univ. De Grenoble) - Participants : François Flahault (Anthropologie philosophique, Directeur de Recherche Emérite au CNRS), Thierry Menissier (Pr, Philosophe, PLC, Univ. De Grenoble) & Michel Renault (MCF HDR, Economiste, CREM UMR CNRS, Université de Rennes 1)
  • Conclusion de la Journée et du séminaire – Allocation finale de François Flahault
Résumé : 

La mesure du bien-être, de la qualité de la vie et du progrès social ont réouverts le champ des controverses sur le pouvoir de fascination du chiffre, ses « rites d’objectivité » (Ogien 2012) voire cette « fiction » que représente « l’art de mesurer » (Sobel & Postel, 2010) auxquels s’adonnent scientifiques et gouvernants. Or, quelle utilité ou modernité peut-on trouver à poursuivre ces débats sous l’angle des modalités de la mesure et de la construction d’indicateurs alternatifs au PIB pour représenter le bienêtre et le progrès social ?

Depuis l’une des plus anciennes définitions données sur les indicateurs sociaux par Stuart Reiss en 1967 « Les indicateurs sociaux sont les outils nécessaires pour trouver les chemins, dans le labyrinthe des interdépendances de la société. Ils cernent des états sociaux, définissent des problèmes et tracent des tendances sociales », la palette de qualification s’est étoffée. Considérés soit comme des dispositifs de représentation symbolique (Meda, 2011), soit comme ayant une « capacité performative » (Desrosières, 2008), voire comme favorisant le basculement d’une rationalité politique et stratégique en rationalité « paramétrique » (Orléans, 2007), les indicateurs sociaux ne sont pas une simple collection, même rationnellement choisie, de statistiques. Car, derrière la permanence du recours à l’outil se profilent, en fonction des contextes historiques, économiques, sociaux et politiques, des débats sur la légitimité de l’outillage technique, sur les conventions cognitives à l’oeuvre (Gadrey, 2001 ; Perret, 2002) et sur leur portée symbolique et pratique.

Ce séminaire pluridisciplinaire mobilise des savoirs et expertises scientifiques divers autour d’un objet commun, le bien-être afin de débusquer à l’arrière-plan des techniques de méthodes d’enquêtes et de représentations des données, les postures intellectuelles et idéologiques qui président aux choix de telles données, à leur interprétation, validation et mise en forme.