Cedric Lagnier - Diffusion de l’information dans les réseaux sociaux

14:00
Mercredi
2
Oct
2013
Organisé par : 

Cedric Lagnier

Équipes : 
Information détaillée : 

- La soutenance aura lieu le mercredi 2 octobre à 14h00, et se tiendra dans l’amphithéâtre de laMaison Jean Kuntzmann (MJK).

- Vous êtes également conviés au pot qui suivra dans la salle de réception au rez-de-chaussée de la MJK.

Membres du jury 
— Emmanuel Viennet - Université Paris 13 - Rapporteur 
— Christine Largeron - Université Jean Monnet, Saint-Etienne - Rapporteur 
— Ludovic Denoyer - Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 - Examinateur 
— Sihem Amer-Yahia - CNRS-LIG - Examinatrice 
— Eric Gaussier - Université Joseph Fourier - Directeur de thèse 
— Gilles Bisson - CNRS-LIG - Co-Directeur de thèse

Résumé : 

Prédire la diffusion de l’information dans les réseaux sociaux est une tâche difficile qui peut cependant permettre de répondre à des problèmes intéressants : recommandation d’information, choix des meilleurs points d’entrée pour une diffusion, etc. La plupart des modèles proposés récemment sont des extensions des modèles à cascades et de seuil. Dans ces modèles, le processus de diffusion est basé sur les interactions entre les utilisateurs du réseau (la pression sociale), et ignore des caractéristiques importantes comme le contenu de l’information diffusé ou le rôle actif/passif des utilisateurs. Nous proposons une nouvelle famille de modèles pour prédire la façon dont le contenu se diffuse dans un réseau en prenant en compte ces nouvelles caractéristiques : le contenu diffusé, le profil des utilisateurs et leur tendance à diffuser. Nous montrons comment combiner ces caractéristiques et proposons une modélisation probabiliste pour résoudre le problème de la diffusion. Ces modèles sont illustrés et comparés avec d’autres approches sur deux jeux de données de blogs. Les résultats obtenus sur ces jeux de données montrent que prendre en compte ces caractéristiques est important pour modéliser le processus de diffusion. Enfin, nous étudions le problème de maximisation de l’influence avec ces modèles et prouvons qu’il est NP-difficile, avant de proposer une adaptation d’un algorithme glouton pour approcher la solution optimale.