Hugues Evrard - Génération automatique d'implémentation distribuée à partir de modèles formels de processus concurrents asynchrones

10:00
Vendredi
10
Jui
2015
Organisé par : 
Hugues Evrard
Intervenant : 
Hugues Evrard
Équipes : 
Information détaillée : 

Lieu de soutenance :  grand amphi Inria à Montbonnot

Jury :
 
* Stephan MERZ (Rapporteur) - Directeur de recherche, INRIA Nancy
* Uwe NESTMANN (Rapporteur) - Prof. Dr.-Ing., Univ. Technique de Berlin
* Guy LEDUC (Examinateur) - Professeur, Université de Liège
* Yves DENNEULIN (Examinateur) - Professeur, Grenoble INP
* Gwen SALAÜN (Directeur) - Maître de conférence, Grenoble INP
* Frédéric LANG (Co-directeur) - Chargé de recherche, INRIA Grenoble
 
Pot de thèse : salle A109.
 
Résumé : 

LNT est un langage formel de spécification récent, basé sur les algèbres de processus, où plusieurs processus concurrents et asynchrones peuvent interagir par rendez-vous multiple, c'est-à-dire à deux ou plus, avec échange de données.  La boite à outils CADP ("Construction and Analysis of Distributed Processes") offre plusieurs techniques relatives à l'exploration d'espace d'états, comme le "model checking", pour vérifier formellement une spécification LNT. Cette thèse présente une méthode de génération d'implémentation distribuée à partir d'un modèle formel LNT décrivant une composition parallèle de processus. En s'appuyant sur CADP, nous avons mis au point le nouvel outil DLC ("Distributed LNT Compiler"), capable de générer, à partir d'une spécification LNT, une implémentation distribuée en C qui peut ensuite être déployée sur plusieurs machines distinctes reliées par un réseau.

 
Pour implémenter de manière correcte et efficace les rendez-vous multiples avec échange de données entre processus distants, nous avons élaboré un protocole de synchronisation qui regroupe différentes approches proposées par le passé.  Nous avons mis au point une méthode de vérification de ce type de protocole qui, en utilisant LNT et CADP, permet de détecter des boucles infinies ou des interblocages dus au protocole, et de vérifier que le protocole réalise des rendez-vous cohérents par rapport à une spécification donnée. Cette méthode nous a permis d'identifier de possibles interblocages dans un protocole de la littérature, et de vérifier le bon comportement de notre propre protocole.  Nous avons aussi développé un mécanisme qui permet, en embarquant au sein d'une implémentation des procédures C librement définies par l'utilisateur, de mettre en place des interactions entre une implémentation générée et d'autres systèmes de son environnement. Enfin, nous avons appliqué DLC au nouvel algorithme de consensus Raft, qui nous sert de cas d'étude, notamment pour mesurer les performances d'une implémentation générée par DLC.