Vendredi 13 Novembre 2020
Toucher social en robotique de téléprésence ubiquïte : imbrication des facteurs physiques et socio-affectifs dans la portée vocale en interaction

Avec le développement de la robotique grand public apparaît une nouvelle forme de télécommunication : la robotique de téléprésence. Le principe consiste à représenter une personne à distance par l’intermédiaire d’un robot mobile, dont elle peut contrôler librement les déplacements. L’objectif n’est pas simplement de lui permettre de communiquer à distance, mais de lui donner une présence physique et sociale, que le téléphone ou la visioconférence ne suffisent pas à transmettre. 

Dans ce contexte, il est particulièrement important de parvenir à transmettre au mieux le « toucher social » du pilote du robot : c’est-à-dire lui permettre d’échanger avec ses interlocuteurs un vaste ensemble de signaux socio-affectifs, qui sont les vecteurs du lien social. En particulier, cette thèse s’intéresse à un élément fondamental du toucher social et fortement impacté par la téléprésence : la portée vocale, à travers laquelle un locuteur contrôle qui peut l’entendre, et s’adapte en permanence aux conditions acoustiques de l’environnement. 

À travers une première étude, nous nous intéresserons au lien entre toucher vocal et proxémie, en nous demandant si la manière dont un auditeur perçoit à l’aveugle un interlocuteur dans l’espace peut être influencée par les socio-affects produits par celui-ci. Ensuite, nous montrerons que la portée vocale peut-être affectée par effet Lombard en cas de téléprésence ubiquïte : le pilote, qui perçoit à la fois son environnement local, et l’environnement du robot, s’adapte au niveau de bruit ambiant, même lorsque ce bruit n’est pas perçu par ses interlocuteurs. Enfin, nous présenterons notre participation à un projet Arts et Sciences : le spectacle Aporia, au cours duquel un acteur unique, aidé d’un logiciel de transformation vocale, incarne plusieurs personnages.

Mis à jour le 28 December 2020